INFO CCIB BORDEAUX

LIEN VERS LE SITE DE LA BANQUE DE FRANCE :

https://entreprises.banque-france.fr/coronavirus

SITE DU GOUVERNEMENT POUR LE COVID 19

https://www.economie.gouv.fr/coronavirus-soutien-entreprises

 

16 mai 2020

Un document regroupant tous les conseils de reprise pour les CHR et les aides actualisées fait par la CCIBG

 

 

08 MAI 2020

OUTILS DE GESTION DE CRISE

 

06 05 20

Le fonds d’urgence de 15,2 M€ prévu par Bordeaux Métropole sera accessible aux entreprises de un à cinq salariés le jour du déconfinement, lundi 11 mai. En lien avec les chambres consulaires départementales, le traitement des dossiers est annoncé comme souple et rapide avec des contrôles a posteriori. Objectif : verser les aides de 1.500 à 2.500 € dès le 20 mai. Environ 9.000 TPE du territoire devraient être éligibles.

Annoncé le 16 avril dernier puis voté dans la foulée, le fonds d’urgence pour les petites entreprises et les associations de Bordeaux Métropole entre dans sa phase opérationnelle. Doté de 15,2 M€ pour les TPE et de 500.000 € pour les associations, il sera accessible à partir du lundi 11 mai. Les demandes d’aides seront instruites par les services de la CCI Bordeaux Gironde, de la Chambre de métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture avant d’être transmises à la Métropole.

Un délai de huit à dix jours

« Dès lundi matin, nous aurons déjà des dossiers pré-remplis prêt à instruire. Ce sont des dossiers simples à remplir, principalement sur la base de déclarations sur l’honneur, que nous vérifions avant de transmettre la liste des entreprises éligibles à la métropole qui procèdera au versement des aides », précise Patrick Seguin, le président de la CCI départementale, qui ajoute : « il faut aller vite parce qu’il y a une forte attente et un réel besoin de ces aides pour les TPE pour qui 1.500 € c’est une somme importante dans la situation actuelle. »

Même détermination à avancer rapidement du côté de la Métropole : « Je souhaite, et je le dis de manière très appuyée, que les fonds soient versés aux entreprises entre huit et dix jours après la validation en privilégiant plutôt des contrôles a posteriori par sondage que des contrôles a priori. Huit à dix jours, c’est un engagement que nous prenons ! », assure ainsi Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole.

Concrètement, le fonds de 15,2 M€ est constitué de deux enveloppes distinctes mais cumulatives :

  • 11 M€ pour une subvention forfaitaire à toute entreprise justifiant d’une interdiction d’accueil du public liée au coronavirus et/ou d’une perte de chiffre d’affaires de 40 % en mars 2020 par rapport à mars 2018 (année de référence pertinente pour l’activité des commerces avant le mouvement des gilets jaunes). Si la création a lieu après mars 2018, la référence se fera sur le chiffre d’affaires du 1er décembre 2019 au 29 février 2020. Une déclaration sur l’honneur du dirigeant d’entreprise suffira.
  • 4,2 M€ pour un « bonus emploi » jusqu’à 1.000 € complémentaire à l’aide forfaitaire pour les entreprises d’au moins trois équivalents temps plein (ETP) dont le dirigeant.

Les détails des critères sont consultables ici.

Lire aussi : Bordeaux Métropole : les aides aux entreprises et associations en un coup d’oeil

9.000 TPE concernées

Le nombre d’entreprises concernées par ces critères est estimé par Bordeaux Métropole à environ 9.000, dont une centaine d’exploitations agricoles. « On dénombre un peu plus de 15.000 entreprises de un à cinq salariés sur le territoire métropolitain. On estime que 75 % d’entre elles pourraient faire une demande, peut-être davantage, et que 75 % des demandes devraient être éligibles. Ce qui aboutit à environ 9.000 entreprises concernées par le dispositif », détaille Nicolas Florian. Mais pour le maire de Bordeaux et vice-président de la Métropole, ces montants ne sont pas figés : « On corrigera le fonds à la hausse si cela s’avère nécessaire au regard du nombre d’entreprises éligibles et, à l’inverse, on redéploiera, sous la forme d’une aide renforcée, le reliquat du fonds d’urgence s’il y en a un. »

A moyen terme, Nicolas Florian confirme que la Métropole et les instances consulaires travaillent à un « plan de relance de l’activité économique sur notre territoire, notamment par un effort pour localiser ou relocaliser les marchés publics et par des soutiens spécifiques aux principales filières du territoire. » Il s’agit notamment du tourisme et de l’hébergement-restauration, de la filière vin et du secteur aéronautique, que ce soit sur la maintenance ou la construction. Le vice-président de la Métropole qui assure qu’il sera « le chantre de la relocalisation », évoque également le développement sur l’emprise de l’ancienne usine Ford, à Blanquefort, « d’un pôle d’activités vertueuses en matière de transition énergétique et écologique ».

Le fonds d’urgence de 15,2 M€ prévu par Bordeaux Métropole sera accessible aux entreprises de un à cinq salariés le jour du déconfinement, lundi 11 mai. En lien avec les chambres consulaires départementales, le traitement des dossiers est annoncé comme souple et rapide avec des contrôles a posteriori. Objectif : verser les aides de 1.500 à 2.500 € dès le 20 mai. Environ 9.000 TPE du territoire devraient être éligibles.

Annoncé le 16 avril dernier puis voté dans la foulée, le fonds d’urgence pour les petites entreprises et les associations de Bordeaux Métropole entre dans sa phase opérationnelle. Doté de 15,2 M€ pour les TPE et de 500.000 € pour les associations, il sera accessible à partir du lundi 11 mai. Les demandes d’aides seront instruites par les services de la CCI Bordeaux Gironde, de la Chambre de métiers et de l’artisanat et la Chambre d’agriculture avant d’être transmises à la Métropole.

Un délai de huit à dix jours

« Dès lundi matin, nous aurons déjà des dossiers pré-remplis prêt à instruire. Ce sont des dossiers simples à remplir, principalement sur la base de déclarations sur l’honneur, que nous vérifions avant de transmettre la liste des entreprises éligibles à la métropole qui procèdera au versement des aides », précise Patrick Seguin, le président de la CCI départementale, qui ajoute : « il faut aller vite parce qu’il y a une forte attente et un réel besoin de ces aides pour les TPE pour qui 1.500 € c’est une somme importante dans la situation actuelle. »

Même détermination à avancer rapidement du côté de la Métropole : « Je souhaite, et je le dis de manière très appuyée, que les fonds soient versés aux entreprises entre huit et dix jours après la validation en privilégiant plutôt des contrôles a posteriori par sondage que des contrôles a priori. Huit à dix jours, c’est un engagement que nous prenons ! », assure ainsi Patrick Bobet, le président de Bordeaux Métropole.

Concrètement, le fonds de 15,2 M€ est constitué de deux enveloppes distinctes mais cumulatives :

  • 11 M€ pour une subvention forfaitaire à toute entreprise justifiant d’une interdiction d’accueil du public liée au coronavirus et/ou d’une perte de chiffre d’affaires de 40 % en mars 2020 par rapport à mars 2018 (année de référence pertinente pour l’activité des commerces avant le mouvement des gilets jaunes). Si la création a lieu après mars 2018, la référence se fera sur le chiffre d’affaires du 1er décembre 2019 au 29 février 2020. Une déclaration sur l’honneur du dirigeant d’entreprise suffira.
  • 4,2 M€ pour un « bonus emploi » jusqu’à 1.000 € complémentaire à l’aide forfaitaire pour les entreprises d’au moins trois équivalents temps plein (ETP) dont le dirigeant.

Les détails des critères sont consultables ici.

Lire aussi : Bordeaux Métropole : les aides aux entreprises et associations en un coup d’oeil

9.000 TPE concernées

Le nombre d’entreprises concernées par ces critères est estimé par Bordeaux Métropole à environ 9.000, dont une centaine d’exploitations agricoles. « On dénombre un peu plus de 15.000 entreprises de un à cinq salariés sur le territoire métropolitain. On estime que 75 % d’entre elles pourraient faire une demande, peut-être davantage, et que 75 % des demandes devraient être éligibles. Ce qui aboutit à environ 9.000 entreprises concernées par le dispositif », détaille Nicolas Florian. Mais pour le maire de Bordeaux et vice-président de la Métropole, ces montants ne sont pas figés : « On corrigera le fonds à la hausse si cela s’avère nécessaire au regard du nombre d’entreprises éligibles et, à l’inverse, on redéploiera, sous la forme d’une aide renforcée, le reliquat du fonds d’urgence s’il y en a un. »

A moyen terme, Nicolas Florian confirme que la Métropole et les instances consulaires travaillent à un « plan de relance de l’activité économique sur notre territoire, notamment par un effort pour localiser ou relocaliser les marchés publics et par des soutiens spécifiques aux principales filières du territoire. » Il s’agit notamment du tourisme et de l’hébergement-restauration, de la filière vin et du secteur aéronautique, que ce soit sur la maintenance ou la construction. Le vice-président de la Métropole qui assure qu’il sera « le chantre de la relocalisation », évoque également le développement sur l’emprise de l’ancienne usine Ford, à Blanquefort, « d’un pôle d’activités vertueuses en matière de transition énergétique et écologique ».

 

 

28 avril 2020

Bordeaux Métropole et la CALI (Communauté d’agglomération du Libournais) ont annoncé le lancement de fonds de soutien à destination des petites entreprises de leur territoire. Ces aides viennent en complément des mesures de l’Etat et de la Région Nouvelle-Aquitaine. L’instruction

des dossiers sera gérée par la CCI Bordeaux Gironde en partenariat avec

la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Gironde et la Chambre

d’Agriculture de Gironde.

Cliquez sur l’imagepour rejoindre le site de la CCIBG

 

 

03 AVRIL 2020

SUD-OUEST Patrick SEGUIN répond :

Alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent, annulation du sommet France-Afrique en juin à Bordeaux, probable rallongement du confinement, Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux a invité les patrons à se rapprocher des institutions et des banques qui « jouent le jeu »

« Il y a une prise de conscience depuis une semaine que cette crise ne sera pas juste une parenthèse de deux mois », souligne Patrick Seguin, président de la CCI de Bordeaux

Chaque jour, le coût économique à l’échelle mondiale de la crise liée au Covid-19 ne cesse de grimper.  

Ne serait-ce qu’à la CCI de Bordeaux-Gironde, le nombre de dossiers d’accompagnement « renforcés » a triplé en une semaine. Plus de la moitié des demandes (63%) concerne le fonds de solidarité.

Suivi à 53% des dispositifs de négociation avec les partenaires financiers, à 46% les demandes d’étalement des cotisations sociales et fiscales et le chômage partiel pour 32%.

 

Quelles sont les demandes des chefs d’entreprise ?

Au total, les 54 collaborateurs de la CCI Bordeaux redéployés sur la cellule de crise ont traité à ce jour 1 428 demandes. 

Dont 65% pour des informations sur les mesures gouvernementales.

Plusieurs questions reviennent souvent : « sous le statut de micro-entrepreneur, mon chiffre d’affaires de mars 2019 était de zéro, suis-je éligible à l’aide de 1 500 euros issue du fonds de solidarité du gouvernement ? ». 

Ou encore « mon commerce devait ouvrir début juin, mais les travaux sont retardés de plusieurs semaines et l’ouverture repoussé d’autant. Toutefois, j’ai tout de même les 1ères dépenses à régler ainsi que mon loyer. Quel dispositif puis-je activer pour faire face à ce report d’activité ? ».

Certaines interrogations sont d’ordre pratique : « je suis commerçant ambulant « rôtisserie » établi sur un emplacement privé. Puis-je continuer mon activité ? Me faut-il une dérogation ?

 

« Urgence sur la trésorerie »

« Il va y avoir très vite un besoin de cash. La trésorerie reste un sujet important pour les TPE que nous accompagnons. Le plan d’aide déployé par l’Etat a été bien reçu par l’ensemble des entreprises, mais elles sont confrontées à de grandes difficultés sur le plan de leur trésorerie notamment pour les commerces, restaurateurs-hôteliers et entreprises de la filière touristique (suite des 14 mois de conflit sociaux) », alerte Patrick Seguin.

Un grand nombre de ces entreprises ont déjà puisées dans leur trésorerie, eu recours à une restructuration de leur endettement auprès de leur banque et étaient avant la crise du Coronavirus dans une situation très tendue sur le plan financier.

Autre mauvaise nouvelle, l’annulation (et non juste le report) du sommet France-Afrique à Bordeaux, pour lequel 8 000 chambres d’hôtel avaient été réservées », déplore-t-il.

« Tout ceci nécessite pour les banques de traiter au mieux les flux de dossiers qu’elles commencent à recevoir avec « un regard bienveillant » et qui va sans aucun doute augmenter dans les jours qui viennent et pour les chefs d’entreprises à ne pas attendre pour demander ce prêt. Mais, pour l’instant, les banques jouent le jeu », assure le président de la CCI de Bordeaux.

 

Situation tendue avec les fournisseurs

Si les entreprises n’envisagent pas de retards de paiement de leurs fournisseurs (pour éviter des difficultés de trésorerie en cascades), elles font face à la réalité de la situation (fermeture de leur établissement du jour au lendemain avec perte de 100% de leur CA).

De nombreuses « remontées de terrain » de la CCI de Bordeaux-Gironde montrent des situations très conflictuelles entre des commerçants et leurs fournisseurs. 

Pour inciter les dirigeants d’entreprise à se faire aider durant cette période difficile, la CCI  a lancé une campagne d’appels « sortants » (150 appels par jour) qui durera tout au long de la crise. Un deuxième e-mailing a été adressé à plus de 32 000 entreprises pour apporter une première réponse aux questions les plus fréquemment posées.

Sur les réseaux sociaux, la communauté « Covid-19 : Groupe de soutien entreprises et commerces en Gironde » a dépassé les 1 000 membres en moins d’une semaine dont 800 sont actifs sur le réseau et plusieurs initiatives y ont été postées (136). De même, le nombre d’interactions (questions posées ou échanges entre experts) est en constante augmentation (250 commentaires). 

 

Trouver des solutions innovantes pour les commerçants et restaurateurs

En plus de recueillir les questions des entreprises, les orienter dans leurs démarches et soutenir l’entraide, la CCI Bordeaux Gironde encourage les initiatives solidaires pour faire vivre l’économie locale du mieux possible en cette période troublée.

La CCI Bordeaux Gironde s’est ainsi associé à la place de marché solidaire (coursescontrelamontre.fr) lancée par le journal « Sud Ouest ». Une initiative solidaire qui vient en aide aux commerçants, artisans, producteurs de notre territoire pendant cette période de confinement et de ralentissement économique sans précédent. Il s’agit de leur permettre de débloquer de la trésorerie ou de déstocker rapidement via la plateforme digitale coursescontrelamontre.fr. Une occasion également de trouver de nouveaux débouchés.

Cette entraide se traduit également par une solidarité avec le personnel soignant et les entreprises. La CCI Bordeaux Gironde a ainsi décidé d’acheter 60 000 masques dont une partie sera distribuée gratuitement au CHU.

Les entreprises qui en auraient besoin pour reprendre une activité normale pourront également en commander via le site de la CCI dans les jours prochains. La CCI Bordeaux Gironde a également répondu à l’appel du CHU en mettant cinq de ses voitures à la disposition du personnel soignant

 

24 mars 2020

MESSAGE DE PATRICK SEGUIN

Président de la CCIB

Suite à trois conférences téléphoniques entre hier et aujourd’hui, avec la Préfecture, la Région et les CCI Nouvelle Aquitaine :

– toutes les procédures d’aides auprès des entreprises durant cette période, de la part de l’Etat, des Régions, des collectivités sont mises en œuvre au fil de l’eau.

  • Tout le monde avance en marchant devant une situation inédite.

Ce qui est annoncé aujourd’hui sera peut-être modifié demain…

Donc deux conseils:

– n’attendez pas pour faire vos démarches en fonction de votre situation, quitte à amander votre dossier une fois, deux fois, trois fois.

– tracer absolument toutes vos actions et demandez confirmation des mails et courriers que vous envoyez et recevez.

Demain, il faudra prouver que vous avez fait ce qu’il fallait quand il fallait !

Cordialement

Patrick Seguin

 

 

23 MARS 2020

Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux-Gironde délivre de précieux conseils aux chefs d’entreprise afin d’éviter de mauvaises surprises à l’issue du confinement

Dès mardi 17 mars, la CCI de Bordeaux-Gironde a ouvert une cellule de crise pour aider les entreprises du territoire (84 000 au total) à faire face aux conséquences économiques du Coronavirus et du confinement de la population en France.

En lien avec les services de la Région et de l’Etat pour communiquer sur les différents dispositifs proposés et accompagner les sociétés impactées.

515 demandes auprès de la cellule de crise en 4 jours

Vendredi 20 mars, Patrick Seguin, son président, a dressé un premier bilan, qui s’avère éloquent. Pas moins de 515 demandes ont été enregistrées en quatre jours.

Elles concernent, en premier lieu (331 demandes), des informations sur les aides possibles (financière, aide forfaitaire de 1.500 euros, temps partiel, suspension des charges, s’ils ont le droit d’exercer ou non). La plupart des autres demandes (184) concernent les formalités administratives.

Tout ceci a amené l’ouverture de 86 dossiers d’accompagnement « renforcés » pour aider les chefs d’entreprise. En l’occurrence, il s’agit notamment de bénéficier du fonds de soutien de 50 millions d’euros, créé en urgence par la Région Nouvelle-Aquitaine.

« Ce sont surtout de toutes petites entreprises en difficulté pour lesquelles il faut trouver des solutions complémentaires immédiates. Les secteurs de l’événementiel, du transport scolaire, des services, de la restauration sont particulièrement touchés. Ils ont vu leur activité s’interrompre en seulement quelques heures. Pour les sociétés qui n’ont pas de trésorerie, c’est un peu la panique », se désole Patrick Seguin.

Tracer les démarches par écrit et faire attention aux faux sites

Au passage, le président de la CCI de Bordeaux-Gironde en a profité pour donner quelques conseils pratiques qui pourraient s’avérer déterminants dans l’après crise.

Il invite notamment à tracer toutes les décisions et démarches par écrit, que ce soit auprès des organismes publics comme l’Urssaf, la Région, mais aussi auprès des salariés et des donneurs d’ordre.

Ainsi, « quand une décision est prise d’arrêter un chantier, il faut que les entreprises fassent une facturation à l’instant, en fonction du pourcentage d’avancement. Un écrit doit être envoyé au client, en lui demandant d’en accuser réception », suggère le président de la CCI de Bordeaux.

Ces écrits sont d’autant plus importants que « la responsabilité pénale de l’employeur peut être engagée pour ceux qui continuent de faire travailler leur personnel, alors qu’il pourrait télétravailler », rappelle-t-il.

Attention aux faux sites !

Autre conseil clé : « faîtes attention aux faux sites. Nous avons des informations effarantes à ce sujet. Des sites demandent aux entreprises de leur fournir leur RIB et leur signature électronique. Ensuite, elles vont se faire piller leur compte en banque ! Restez sur les sites officiels et revenez vers nous en cas de doute », lâche Patrick Seguin.

A l’inverse, cette crise majeure est aussi l’occasion de voir émerger davantage de comportements vertueux. « J’observe une solidarité extraordinaire entre tous les acteurs les clubs d’entreprises, les échanges sur les réseaux sociaux, les plateformes collaboratives. Dans le BTP, j’ai vu de grands comptes mettre leurs équipes ressources humaines et juridique au service de petites entreprises qui n’ont pas ces compétences en interne », se félicite-t-il.

En tout cas, « il y aura un avant et un après Coronavirus. Demain, à l’aune d’une décision, il faudra se poser la question de son impact sur la société et l’environnement », estime le président de la CCI de Bordeaux-Gironde.

A noter que si aucun rendez-vous physique » ne peut être pris par la CCI de Bordeaux-Gironde, ses services sont disponibles par mail à : contact@bordeauxgironde.cci.fr. Il suffit de laisser ses coordonnées pour être rappelé par un conseiller. 

 

Les commentaires sont fermés.

© Entraide et Entrepreneurs | Mentions légales | Politique de confidentialité

Retour en haut ↑