La Carsat Aquitaine prévoit 3M€ pour la sécurité au travail des TPE

MERCREDI 06 JUILLET 2022

Des aides spécifiques concernent le BTP, les métiers de bouche ou encore la soudure. Photo d’illustration : Adobe Stock Rawpixel

Jusqu’au 15 novembre 2022, les TPE de l’ex-Aquitaine peuvent candidater à 15 subventions de la Carsat, pour réduire les risques professionnels.

Chaque année, environ 30.000 accidents du travail entraînant un arrêt sont dénombrés en ex-Aquitaine, ainsi que 2.500 maladies professionnelles. Ces dernières concernent, dans huit cas sur dix, des troubles musculo-squelettiques (TMS) ; mais aussi des maladies liées à l’amiante ou des cancers. Des risques que la Caisse d’assurance retraite et santé au travail (Carsat) tente de prévenir, en s’adaptant aux évolutions professionnelles. « Au début du 20e siècle, les risques concernaient majoritairement le secteur du bâtiment, puis dans les années 1970, on a vu apparaître des risques liés aux machines, recontextualise Pierre Lambert, ingénieur Conseil régional adjoint à la Carsat Aquitaine. Aujourd’hui, quatre grands risques sont identifiés, comme étant à l‘origine de la plupart des accidents du travail – la moitié dans les manutentions manuelles, 17% sont des chutes de plain-pied, 12% des chutes de hauteur et 9% venant d’outillages à main. »

Des aides spécifiques à certains secteurs

Pour prévenir ces risques professionnels, la Carsat déploie des programmes de sensibilisation, à destination des 120.000 entreprises aquitaines cotisant au régime général – en particulier les 85.000 TPE. Ces dernières, ayant souvent peu de moyens, peuvent ainsi bénéficier de subventions chaque année. « En 2021 nous étions sur un record, avec 5,7 millions d’euros, répartis dans plus de 1.200 entreprises, reprend Pierre Lambert. En 2022, le budget dépassera les 3 millions d’euros. » Certains secteurs comme le BTP, les métiers de bouche ou le soudage, ayant « des besoins urgents en termes de sécurité au travail », bénéficieront de subventions spécifiques censée « contribuer efficacement à la réduction des risques de TMS, de chute de hauteur ou encore d’exposition à des produits chimiques ».

Pour en bénéficier, l’entreprise doit remplir plusieurs critères : appartenir au régime général de la Sécurité sociale, ne pas avoir bénéficié de trois aides financières depuis 2018, ou encore adhérer à un service de santé au travail. « Les dossiers de candidature sont à déposer avant le 15 novembre 2022, précise Pierre Lambert. 15 types de subventions existent, allant de la réduction des TMS dans les métiers de l’aide à la personne, aux programmes de désamiantage. »

Les commentaires sont fermés.

© Entraide et Entrepreneurs | Mentions légales | Politique de confidentialité

Retour en haut ↑